Les cambriolages : les chiffres, les signes et les moyens de s'en protéger

Publié le : 22/08/2017
Catégories : informations , Sécurité

 

Les cambriolages sont la hantise de toute personne. Il n’existe rien de plus déstabilisant que de rentrer de vacances ou de week-end et de trouver son logement saccagé. Si la tendance des deux dernières années était plutôt positive car en baisse, 2016 enregistre désormais une hausse de 4%. Les français sont plus vigilants et de nombreux moyens sont mis en œuvre pour limiter les actes de vandalismes. Mais cela ne semble pas forcément arrêter les cambrioleurs. Quels sont les endroits les plus touchés ? Existe-t-il des signes avant-gardistes ? Est-il possible d’anticiper les cambriolages ?

Les endroits les plus touchés par les cambriolages 

En 2016, 489 000 ménages ont déclaré avoir été victimes d’un cambriolage. Environ la moitié concernera des tentatives, quant aux 243 500 autres, il s’agira effectivement de logements visités et pillés. Les résidences principales sont les plus touchées. Tout à fait logiquement, les concentrations de cambriolages répertoriés, c’est-à-dire, ayant fait l’objet d’une plainte dans un commissariat ou à la gendarmerie, se déroulent essentiellement dans les grandes villes. Même en enregistrant une légère baisse, les départements d’Ile-de-France et la Provence-Côte-d’Azur restent en tête

Les communes de plus de 200 000 habitants présentent une moyenne de 10,2 maisons visitées sur 1000. A contrario, la moyenne tombe à 5,5 logements pour les villes entre 2000 et 10 000 habitants et 5,2 pour celles en deçà. Certaines extrémités comme les côtes bretonnes et celles de la manche comptent moins de 4,9 cambriolages pour 1000 logements. Le record de la "tranquillité" est tout de même détenu par la Corse. En effet, « seules » 2,8 maisons sur 1000 ont été la proie des cambrioleurs en 2016.

des hommes. La tranche d’âge 30 – 44 ans arrive en seconde position et constitue 17% des individus. Sur 20 431 personnes mises en causes en 2016, 1584 étaient des femmes.

Les autres faits à savoir sur les cambriolages

Une analyse d’Interstats prouve qu’il y a moins de cambriolages le dimanche mais les infractions les plus violentes ont systématiquement lieu le week-end. Ils ont d’ailleurs été plus nombreux pour les fêtes de fin d’année 2015 qu’en 2014.

Les signes avant-gardistes des cambriolages

Depuis quelques années, des bruits courent stipulant que les cambrioleurs utilisent un système de signes. A la craie, ils marquent les maisons prêtes à se faire cambrioler. Cette information a même été relayée par la Gendarmerie Nationale, d’après des sources confirmées par les gendarmes du Cher.

De quels signes s’agit-il ?

D’après les dires, des signes seraient dessinés à la craie sur les clôtures, les portails, les murs ou encore les trottoirs des maisons à visiter. Un code « universel », semblable au très connu système de hiéroglyphes. Très complexe, il permettrait de tout savoir sur ladite habitation, précisant le nombre d’habitants, leur sexe, s’il y a du danger, les heures de présence etc.

Comment les reconnaître ?

− Il existerait près d’une cinquantaine de signes. Pour exemple:

− Un cercle signifierait que la maison est sous surveillance

− Un losange précise que la maison est inoccupée

− Les lettres D, AM, N, M ou DM indiqueraient (dans l’ordre) : cambrioler plutôt le dimanche, cambrioler l’après-midi, cambrioler plutôt la nuit, cambrioler plutôt le matin et cambrioler plutôt le dimanche matin.

− Un triangle représente une femme seule]Le rectangle avec un point au milieu, stipule que le propriétaire est brutal.

Bien sûr ces données ne sont pas exhaustives et varient parfois d'une ville à l'autre.

La province affiche un taux en nette progression, surtout pour l’Occitanie (+14 %, soit 3700 cambriolages de plus qu’en 2015) et la région Auvergne-Rhône-Alpes (+11% soit 3600 cambriolages de plus). Les données s’envolent pour la Loire (+51%), le Lot-et-Garonne (+ 49%), le Tarn (+48%), la Corrèze (+44%) ainsi que la Creuse (+39%).

Qui sont les victimes des cambriolages ?

Il est complexe de fournir une donnée réelle. En effet, ces dernières peuvent être erronées car elles ne recensent en réalité que la personne venant déposer la plainte. A ce titre, cette tâche revient principalement aux hommes. Les femmes se déplacent plus rarement, sauf lorsqu’elles sont accompagnées de leur concubin(e). Toutefois, les victimes les plus touchées restent les personnes âgées de 70 ans.

Qui sont les auteurs présumés des vols ? 

Dans son dernier rapport, le Ministère de l’Intérieur dévoile ses statistiques sur les personnes ayant été mises en cause. Celles-ci concernent le sexe et l’âge. Toutefois, ces données ne prennent pas en compte les tentatives de cambriolage représentant pourtant un nombre quasi aussi élevé que les dépôts de plaintes effectifs. A ce titre, l’on notera que les 70% des cambriolages sont perpétrés par des individus âgés de 15 à 29 ans. 94% d’entre eux sont

 

Faut-il réellement prendre ces signes au sérieux ?

Inutile de préciser que si certains ont pris cette information relayée par les forces de l’ordre très au sérieux, beaucoup d’internautes se sont amusés à détourner cet avertissement et surtout certains signes de façon risible.

Après avoir secoué la toile en ayant été partagée pas moins de 38 000 fois sur Facebook et divulgué tout autant de fois sur Twitter, certains journalistes se sont penchés sur le sujet en menant une enquête. LCI a rapidement publié un démenti expliquant que la folle rumeur n’était finalement qu’une intox.

En effet, il s’agit tout simplement d’une information mise à jour par certains sites extrémistes, visant à stigmatiser une certaine catégorie de population. En mélangeant faits réels et utopies, la rumeur a enflé de façon considérable. En effet, fût un temps, les gens du voyage utilisaient un système de signes végétaux (feuilles et morceaux de bois) pour indiquer à leur famille qu’ils étaient passés par ledit endroit. Ce signalement porte le nom de « Patrin » et il s’agit d’une technique ancestrale sans aucun rapport avec la délinquance. De plus, maintes légendes prêtent aux nomades des « pouvoirs magiques » ou des dons de magie noire. Ainsi, il était facile d’associer des dessins étranges à cette communauté, comme l’atteste certains journaux datés de 1921. Mais en 2017, le système s’est grandement modernisé puisque les téléphones portables ont totalement effacé ces marquages basiques.

Enfin, à travers les temps, de nombreux signes sur les habitations se sont manifestés. Au XVe siècle, il était déjà mentionné que les pyromanes marquaient les futures maisons à incendier. L’amalgame a donc été rapidement établi entre tous ces faits, débouchant sur des lieux communs à sensation. La technique de marquage fait également parler d’elle quasiment dans toute l’Europe.

Le site Hoaxbuster a publié un démenti très complet se basant sur des recherches sérieuses tirées essentiellement de dires de spécialistes. Toutefois, force est de constater que si ces signes ne sont pas réels, les cambriolages eux, le sont pourtant bel et bien !

Mais alors, existe-t-il des signes permettant d'anticiper un cambriolage ?

Si rien n’est totalement formel sur le sujet, certaines visites inopinées voire « étranges » doivent tout de même alerter. En effet, il arrive souvent que des faux techniciens, de faux agents EDF ou de la compagnie des eaux, de faux pompiers ou même des enfants demandant si « Untel » habite bien ici… sonnent à la porte en avançant un prétexte pour rentrer. Une fois dedans, ils demandent où se trouve le compteur et parfois vont jusqu’à demander aimablement à utiliser les toilettes ou aller voir au garage etc. De cette façon, ils tentent de quadriller le logement et de repérer les objets intéressants. Ils prennent bien sûr quelques renseignements au passage : Vivez-vous seul(e) dans cette maison, travaillez-vous ?, à partir de quelle heure peut-on vous trouver etc…

Les personnes âgées sont plus facilement trompées. Il convient de rester prudent sur les réponses et surtout, d’éviter de faire rentrer qui que ce soit. Une carte professionnelle ou tout autre document officiel doit être demandé en gage de bonne foi. Sans cela, les portes doivent rester closes afin d’éviter un futur cambriolage.

Bien entendu, il en va de même avec les pseudos sondages insistant sur des questions plutôt ciblées, à l’identique que celles citées ci-dessus. D’autre part, « les rondes de repérage » sont également à signaler. Tout véhicule inconnu tournant anormalement autour d’un quartier, et ce, à plusieurs reprises, doit faire l’objet d’un signalement à la Gendarmerie ou au Commissariat.

Comment anticiper les cambriolages ?

150 000 cambriolages en sont restés au stade de tentatives en 2016. Les français semblent mieux sensibilisés et mieux protégés. De nombreux procédés sont maintenant à la disposition des habitants pour éviter tout cambriolage.

Avoir l'esprit tranquille avec la gendarmerie

L’opération « Tranquillité Vacances » proposée par la gendarmerie et la police semble porter ses fruits. Le principe est simple, avant tout départ, il convient de remplir un formulaire ou de se rendre à la Gendarmerie (ou au commissariat) afin de mentionner son départ et son retour. Des brigades dédiées seront déployées pour organiser des rondes dans les quartiers concernés et surveiller lesdites habitations. Ce dispositif a déjà porté ses fruits à plusieurs reprises.

A noter que ce service est totalement gratuit, valable dans toutes les villes de France et autant de fois que nécessaire. Toutefois, il est mis à mal par le manque de personnel dans les forces de l’ordre.

Faire confiance à ses voisins

Depuis 2007, un nouveau dispositif nommé « Voisins vigilants » voit le jour. Le Ministère de l’Intérieur mise gros sur cette démarche citoyenne, à l’image des anglais.

D’abord expérimentée dans les Alpes-Maritimes, le Nord, le Haut-Rhin et la Drôme, l’opération a été étendue à tout le territoire de l’hexagone.

Ce travail d’équipe avec la gendarmerie, permet de dissuader les cambrioleurs. Lors de l’absence d’un habitant, ce dernier en avertit ses voisins. Si ces derniers constatent quelque-chose d’anormal, ils sont conviés à contacter la gendarmerie, permettant alors d’accélérer l’intervention.

L'arme infaillible : les caméras de surveillance 

Adieu les caméras factices et bonjour les véritables objets de surveillance. Depuis 2014, les dispositifs domestiques sont commercialisés sous diverses formes. La domotique se sent pousser des ailes et ce n’est que le début. En effet, la maison intelligente semble être l’avenir de la technologie pour les particuliers. En ce sens, il est désormais possible de « voir » chez soi, même sans y être. Les caméras sont faciles à installer. La plupart du temps sans fils, elles sont très discrètes, placées tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et sont directement reliées aux Smartphones ou tablettes. Des forfaits intéressants et une formule à la carte sur un certain laps de temps, sont proposés tant pour les professionnels que pour les particuliers. Ainsi, chacun profite d'une sécurité optimale et efficace.

Le fonctionnement est on ne peut plus simple : dès lors qu’une personne entre dans un domicile, une alerte sonore est émise. Dans le même temps, le propriétaire reçoit également un avertissement. Il peut alors contacter immédiatement la police ou c’est l’appareil qui s’en charge directement (en fonction des produits et forfaits souscrits). Paramétrables, à vision nocturne, permettant également d’interagir vocalement avec l’intrus… Les modèles de caméras se perfectionnent et gare aux imprudents qui souhaiteraient malgré tout tenter une intrusion.

Les cambriolages demeurent un fléau imprévisible. Aujourd’hui, de nombreux moyens permettent de les éviter efficacement. L’avenir technologique offre de réelles options afin de mieux protéger son habitat et sa sécurité, tout en préservant son intimité et celle de son voisinage.

 

Sources: 

 Ministère de l'intérieur - Rapport d’enquête « cadre de vie et sécurité » 2016:  https://lc.cx/JdAS

Minitère de l'intérieur - Insécurité et délinquance en 2016, premier bilan statistique : https://lc.cx/JdAJ

 

Partager ce contenu